Les causes d'une mauvaise image de soi (et plus particulièrement de l’image corporelle)

femme-éclat de rire-oeillet-portrait

Quelles sont les causes d’une mauvaise image de soi / image corporelle ?

Pour rappel, l’image de soi, c’est la manière dont tu te perçois. Très souvent d’ailleurs on la réduit à l’image corporelle (la manière dont tu perçois ton corps et ton aspect physique), or c’est bien plus général !

Dans cet article je vais en réalité te parler d’image corporelle (même si j’utilise le terme d’image de soi).

Si tu veux en savoir davantage, tu peux d’ailleurs lire cet article.

Dans cet article, je vais aborder les causes d’une mauvaise image de soi. Pour améliorer cette image de soi, il peut être nécessaire de comprendre comment elle s’est construite.

portrait-phototherapie-forêt verzy-femme

L'impact de la société sur l'image de soi / l’image corporelle

Je suis sûre que quand tu as commencé cet article, c’est bien sûr la première cause qui t’est venue en tête. Et ce n’est pas pour rien ! Elle a un impact considérable et en plus c’est insidieux, car cela envahit nos espaces publics et privés. Difficile de prendre de la hauteur quand on ne voit que cela et qu’on nous le sert comme «une vérité universelle».

Naturellement on se compare. Et c’est là que cela devient difficile : on ne trouve personne pour nous représenter. À cela s’ajoute une bonne dose de sexisme, grossophobie et culture des régimes.

Ces aspects viennent façonner notre vision du corps, de ce que doit être un corps féminin, un corps en bonne santé etc. Ces visions ont bien souvent besoin d’être «déconstruites» pour prendre de la hauteur et s’en détacher. Mais la pression est parfois tellement forte qu’il peut être difficile de remettre cette distance et remettre en question ces cases dans lesquelles on a toujours voulu (ou nous faire) rentrer.

Par exemple : pourquoi je la trouve belle ? Pourquoi je souhaite être belle ? Qu’est-ce que signifie être « belle » pour moi ? Quelle est ma vision du poids ? Pourquoi je souhaite réellement perdre/prendre du poids ?

Lorsqu’on creuse, les réponses qui apparaissent ne nous donnent pas une image très positive de soi, et cela peut être très inconfortable, voire culpabilisant. D’ailleurs on parle de « sexisme intériorisé / grossophobie intériorisé ». Mais passer cette étape est indispensable pour remettre le corps à sa juste place.

photo noir et blanc avec une femme assise sur un canapé

L'impact de notre entourage sur l'image de soi /image corporelle

Même si nous ne sommes pas exposé·es directement à ces injonctions sociétales, il est possible que nous les intégrions très tôt et par divers moyens.

A travers notre éducation par exemple. Il peut être intéressant de s’interroger, «Quelle perception tes proches, ta famille ont de leur propre corps ?»; «Avais-tu régulièrement des remarques sur ton physique»; «As-tu été témoin de critiques sur le physique d’autres personnes ?».

En fonction aussi de ta pratique sportive, de l’école où tu étais, des personnes que tu pouvais côtoyer, voisin·es, ami·es, profs etc.

Ainsi, sans même avoir vécu d’événements qui peuvent paraître significatifs, comme des expériences «traumatisantes», on peut se rendre compte que tout cela a contribué à impacter sa propre perception du corps.

L'impact des traumas sur l'image de soi /image corporelle

Un traumatisme fait généralement référence aux conséquences émotionnelles difficiles, à la suite d’un événement éprouvant.

Ainsi les traumas sont complexes et extrêmement variés. Ils peuvent recouvrir différentes formes et dépendent de chaque personne. Un même événement ne sera pas éprouvant pour toutes et tous. C’est pourquoi je m’attarderai aux traumatismes «généralement entendus comme tels» comme le deuil, la maladie, les violences physiques, morales et sexuelles.

Ces événements, et donc leurs conséquences émotionnelles, vont venir impacter l’estime de soi. Or la perception que l’on a de soi (l’image de soi) est une composante essentielle de la valeur que l’on s’accorde (l’estime de soi).

Dans une société où le corps est omniprésent, il est fréquent de répercuter toutes ces difficultés (estime de soi, émotions inconfortables etc) sur notre image corporelle. D’autant plus si ces événements ont impacté directement le corps.

femme sourire assise par terre portrait photo therapie

L'impact d'une mauvaise image de soi sur l'image corporelle (et vice versa)

Quelques questions pour toi encore : De quelle manière te perçois-tu ? Utilises-tu des mots positifs, fais-tu uniquement référence à ton physique ?

Si par exemple tu as tendance à te voir uniquement par le biais de ton image corporelle, tu mets au second plan toutes ces choses si intéressantes qui font que tu es toi.

Aussi, tu fais tu dépendre la perception que tu as de toi-même, uniquement de ton physique. Ce truc aussi changeant et critiqué par notre société : difficile d’obtenir quelque chose de positif.

Quand une personne m’explique qu’elle n’aime pas être prise en photo, le problème ne vient pas de la photo en elle-même (les compétences du photographe par exemple) mais bien de la manière dont la personne se voit.

Et quand je pose la question «as-tu une image de toi positive ?» J’ai rarement un oui. Car quand on est déjà très critique envers soi de manière générale, difficile d’imaginer que l’on puisse avoir de l’indulgence envers son propre corps.

Comme je le disais, très souvent les deux sont mélangés (image de soi/image corporelle). Résultat : on priorise l’aspect physique, on veut «être belle» ou «se sentir belle» en mettant au second plan nos réalisations, nos ambitions, nos qualités. Comme si notre enveloppe corporelle était le reflet de ce qui a l’intérieur, ou que le physique était si important, que s’il était décevant, cela ne méritait pas d’aller voir plus loin.

Ainsi l’mage de soi a un impact sur l’image corporelle, comme l’image corporelle impacte l’image de soi.

Ainsi à travers l’expérience de photothérapie, nous prenons le temps d’observer ce qui a pu causer cette image de toi si négative que tu as pu construire. En avoir conscience nous permet de mieux la déconstruire au profit de l’autocompassion (ce truc super qui peut remplacer l’autocritique).

C’est pourquoi à travers la photothérapie je souhaite t’accompagner non pas à te trouver belle (si cela arrive, c’est plutôt cool surtout si c’est difficile pour toi), mais surtout à te foutre la paix avec ton image.

À prendre conscience de celle que tu es, que tu existes. Que tu sois fière d’être celle que tu es, telle que tu es.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *